A priori, la randonnée, c’est facile : il suffit de mettre un pied devant l’autre et de recommencer.

C’est vrai, il faut avoir une bonne condition physique mais pas besoin non plus d’avoir le cœur d’un marathonien et les poumons d’un alpiniste. 

Mais la montagne peut réserver beaucoup de surprises ! Un chemin glissant, une météo capricieuse, un obstacle imprévu : votre randonnée se complique déjà sérieusement. Ajoutez à cela une pincée d’oubli et une bonne dose de manque de préparation et elle peut devenir un vrai calvaire !

Voici donc une liste non exhaustive de 11 erreurs à éviter en randonnée. Vous en avez peut-être déjà fait certaines. Vous ne voulez sans doute pas commettre les autres !

Et comme la négligence vient souvent d’un excès de confiance, cet article s’adresse aussi bien aux apprentis marcheurs qu’aux montagnards confirmés.

Ne pas se protéger contre le soleil

 

Le soleil tape fort en montagne, même l’hiver en se reflétant sur la neige. Il est donc nécessaire de se protéger en conséquence. Vous vous souvenez de ce que vous disait votre maman tous les étés ?

« Mets ta casquette ! », « On va remettre un peu de crème solaire », « mets tes lunettes de soleil ! »

Ça vous ennuyait au plus haut point et vous aviez l’impression d’être ridicule, tartiné et recouvert de la sorte. Pourtant, quand vous aurez passé trois jours au lit à cause d’une insolation, d’un rouge aussi écarlate que douloureux, vous vous souviendrez de ce que disait votre chère mère et vous regretterez de ne pas l’avoir écoutée !

erreurs en randonnée se protéger du soleil

Ne pas prendre de matériel pour s’orienter

 

 

« On est où ? », « C’est encore loin ? », « T’es sûr(e) que c’est le bon chemin ? »

C’est le genre de questions irritantes qu’on entend quand on va en randonnée et qu’on est chargé(e) de mener le groupe. Mais elles sont encore plus pénibles quand on n’arrive pas à y répondre !

Pour éviter de vous perdre et de vous attirer les foudres du troupeau dont vous êtes le berger, pensez à consulter le topo de la randonnée et à prendre une carte de l’endroit où vous allez. Les cartes IGN à l’échelle 1:25 000 sont très bien faites et très précises, en indiquant tous les chemins, les éléments qui sont sur votre itinéraire, les pentes et les dénivelés.

Pour ne pas tenir la carte à l’envers, pensez aussi à prendre une boussole. Ce serait fâcheux de vous retrouver en Finlande si vous voulez aller en Espagne …

Pour les randonneurs 2.0, le GPS est une autre solution. Accroché au sac, il vous permet de vérifier votre itinéraire tout au long de votre ascension. C’est une solution plus sûre, plus précise mais aussi bien plus onéreuse. Il faut également penser à télécharger son parcours avant de partir.

Ne pas étrenner son matériel avant une grosse randonnée

 

 

A peine achetées, vous avez déjà hâte de tester vos nouvelles chaussures de randonnée. A tiges hautes et semelles cramponnées, imperméables, respirantes et avec pare-pierre latéral … elles vous porteraient jusqu’au bout du monde ! C’est décidé, vous faites un « 3000 » ce week-end.

Au bout de quelques heures, vous déchantez vite. Vos pieds ont plus d’ampoules qu’une guirlande lumineuse.

Pour éviter ce genre de désagrément, étrennez d’abord votre matériel neuf sur des randonnées plus modestes, de préférence que vous connaissez.

Un petit conseil en ce qui concerne une nouvelle tente : montez votre nouvel abri dans votre jardin avant de partir dormir en altitude. Vous n’avez certainement pas envie de découvrir le mode d’emploi dans l’urgence, la nuit et la pluie en pleine nature !

erreurs en randonnée étrenner son matériel

Partir seul et/ou ne prévenir personne

 

Je vous l’accorde, profiter du grand air et de la montagne seul, loin de la foule et des ennuis, est un plaisir qui a peu d’équivalent. Mais la randonnée peut aussi s’apprécier en famille ou entre amis. En plus, cela vous évitera de passer des heures bien longues à attendre les secours en cas de pépin.

Cependant, si vous êtes un solitaire dans l’âme, veillez toujours à prévenir quelqu’un que vous partez en montagne et informez-les de l’itinéraire de votre randonnée.

Si vous avez un souci, il pourront prévenir les secours. Si votre téléphone portable ne capte pas de réseau, ce qui est souvent le cas dans la montagne, cela s ‘avérera bien utile. Vous n’êtes pas non plus à l’abri d’une panne de batterie (surtout si vous avez un Iphone #teamandroid) !

erreurs en randonnée partir seul

Regardez comme ils sont heureux tous ensemble !

Partir en randonnée avec trop d’équipement

 

 

« De l’eau, à manger, la carte de la randonnée, une veste coupe-vent, une polaire, un bonnet, des gants, le couteau suisse, les lunettes de soleil, une casquette … Tiens, je vais aussi prendre un thermos de café, ça réchauffe. Ha, il ne faut pas que j’oublie mon appareil photo ! Et mon trépied, sinon les images seront de travers. Je pourrais prendre une flasque de rhum aussi, ça nous donnera du courage. Tiens, on pourrait se faire un petit apéro en montagne, c’est sympa! Je vais prendre du pain et du pâté aussi. Et des gobelets, c’est quand même mieux… »

Deux heures plus tard, vous transpirez de tout votre être. Vos jambes tremblent et votre dos vous supplie de faire demi-tour. C’est vrai, il vaut mieux partir en randonnée avec tout le matériel nécessaire. Cependant, si vous voulez arriver au bout, il vaut mieux que votre sac reste léger, surtout si votre périple dure plusieurs jours !

Une règle dit que votre sac de randonnée ne doit pas excéder 20% de votre poids. Mais même si vous pesez 80 kilos, en porter 20 sur le dos pendant une semaine est une sacrée épreuve ! Et puis aviez-vous réellement besoin de ce chargeur de batterie solaire, ce réchaud de camping à 4 feux et de 25 mètres de corde d’alpinisme pour passer une journée en montagne ?

erreurs en randonnée partir avec trop de matériel

Partir sans nourriture (ou pas assez)

 

Vous êtes partis en randonnée depuis plusieurs heures et vous avez faim. Que faites-vous ?

A ) Vous sortez votre sandwich ou vos gâteaux de votre sac afin de vous sustenter et de continuer paisiblement votre chemin.

B ) Vous récoltez des racines et des baies dont vous ignorez le nom en priant pour qu’elles ne soient pas un aller-simple pour les toilettes.

C ) Vous sortez votre dague de chasse pour partir en quête d’une proie que vous dépècerez, ferez cuire et mangerez.

D ) Vous commencez à trembler et à voir de jolies lumières de toutes les couleurs. Serait-ce possible que vous soyez en hypoglycémie ?

Le grand air, ça creuse ! Veillez donc à emporter suffisamment de nourriture pour votre randonnée. Ceci est encore plus important si vous passez plusieurs jours dans la montagne. Faites alors attention que vos réserves couvrent les apports en calories dont vous avez besoin avant de partir.

Partir en randonnée avec trop peu d’équipement

 

L’inverse de la randonnée avec un sac trop lourd : la randonnée avec un sac quasiment vide (oui, j’ai fait des études).

Vous pouvez être tenté(e) de vouloir alléger votre sac au maximum pour aller plus vite et plus loin. Mais la météo en montagne étant très variable, vous pourriez vite regretter d’avoir laissé votre veste dans la voiture parce qu’il faisait soleil sur le parking. Veillez donc à prendre au moins le nécessaire : vêtements, nourriture, eau, orientation.

« Oui, mais il y a des coureurs de trail qui n’ont même pas de sac à dos. »

C’est vrai mais ils ont dans tous les cas une réserve d’eau intégrée dans leurs vestes, des vêtements conçus pour garder la chaleur corporelle et évacuer la transpiration et le plus souvent quelques barres énergétiques. S’il fait soleil, vous en verrez également peu sans lunettes ni couvre-chef.

Et puis n’oubliez pas que ces gens-là sont assez  ̶f̶o̶u̶s̶  courageux pour courir en pleine montagne !

Randonner léger ne signifie pas forcément randonner à poil !

erreurs en randonnée partir sans assez de matériel

Cet homme est fou.

Faire une randonnée trop difficile

 

Vous ne ferez pas un marathon lors de votre première course à pied. Choisissez donc des randonnées à votre portée.

Si vous n’avez jamais marché plus de 5h, réaliser un périple de trois jours cumulant plus de 6000 mètres de dénivelé positif sera fastidieux. Soit vous terminerez sur les rotules, soit vous serez contraints d’abandonner avant la ligne d’arrivée.

Augmentez progressivement la difficulté de vos randonnées pour pouvoir gravir les plus hauts sommets et en profiter pleinement !

Après tout, c’est en marchant qu’on devient marcheur.

Boire de l’eau impure

 

 

L’eau qui coule directement de la source est bien meilleure que celle du robinet !

C’est vrai, à condition qu’elle sorte DIRECTEMENT de la source. Évitez de boire une eau dont vous ne voyez pas l’origine, même si elle coule ou récoltez-la le plus haut possible. Vous n’êtes pas à l’abri qu’un animal mort se trouve plus haut dans le cours d’eau, par exemple. La fonte des neiges amène aussi de nombreuses particules dans les ruisseaux en début de saison.

Les eaux stagnantes sont également à proscrire ! De nombreuses petites bêtes y habitent et ne sont généralement pas faites pour être ingurgitées.

Les risques ? Ils peuvent aller d’une pause imprévue dans un buisson à un séjour à l’hôpital …

Si vous avez vraiment besoin d’eau et que votre gourde est vide, plusieurs solutions s’offrent à vous :

 

  • Si vous avez un réchaud, vous pouvez faire bouillir l’eau afin d’en éliminer les bactéries et les virus.
  • Il existe aussi des pastilles purificatrices d’eau très pratiques et peu coûteuses. Elles éliminent les bactéries dans un délai de 30 minutes à une heure. Mettez-en toujours quelques-unes dans votre sac pour pallier aux éventuelles pannes sèches.
  • Vous pouvez aussi utiliser un filtre à eau mais il s’agit d’un équipement cher, lourd à transporter et difficile d’entretien.

Ne pas prévoir assez d’eau

 

 

Un oubli qui amène généralement à commettre l’erreur précédente.

En partant en randonnée, vous pouvez avoir tendance à sous-estimer la quantité d’eau qu’il vous faut, surtout en été. Si vous devez prendre quelque chose en trop, c’est bien de ça qu’il s’agit !

En temps normal, il faut boire un litre et demi d’eau par jour. Toutefois, en faisant un effort physique plus ou moins important avec un poids sur le dos, vous aurez peut-être besoin d’absorber deux ou trois litres d’eau, voire plus, selon la température, la difficulté et la longueur de votre randonnée.

Les conséquences de la déshydratation ? Des maux de têtes, des crampes d’estomacs, des vomissements … Bref, tout un tas de joyeusetés que vous ne voulez peut-être pas vivre.

erreurs en randonnée partir sans eau

L’état de votre gosier lorsque vous n’avez plus d’eau dans votre gourde.

Ne pas prêter attention à la météo avant (et pendant) votre randonnée

 

La météo en montagne est aussi capricieuse qu’un enfant dans un supermarché. Vérifiez bien celle de l’endroit où vous allez sous peine de prendre votre douche avant d’être rentré(e) chez vous !

Le ciel change aussi très rapidement en montagne : il peut passer du bleu le plus pur au gris le plus menaçant en quelques minutes. Au cas où, gardez toujours un vêtement de pluie et/ou un vêtement chaud au fond de votre sac.

En cas d’orage soudain (très fréquent en été) la meilleure chose à faire est de s’arrêter, de se couvrir et d’éloigner tout ce qui est en métal : bâtons, crampons, etc. Cela vous évitera de vous transformer en paratonnerre ambulant.

N’oubliez pas non plus qu’avec un même ciel, les températures peuvent fortement varier durant votre randonnée. Selon que vous êtes sur un versant sud ou nord, à l’ombre ou au soleil, à 1000 ou à 2000 mètres d’altitude, vous pouvez passer par des écarts de température d’une dizaine de degrés, voire plus, au cours d’une même journée !

erreurs en randonnée vérifier la météo

C’est beau quand c’est loin !

Vous l’aurez compris, la première erreur à éviter en partant en randonnée, c’est de mal se préparer. Une averse soudaine, une soif  ravageuse ou des douleurs musculaires inattendues : quelques vérifications avant le départ permettent souvent d’éviter ce genre de désagréments smile

Avant de partir, assurez-vous de tout : météo, équipement, itinéraire, nourriture et hydratation.

Vous n’êtes bien sûr pas totalement à l’abri de rencontrer un problème en montagne. Mais au moins, vous pourrez y trouver une solution plus facilement que si vous étiez seulement parti-e en pagne avec un couteau !

 

Si cet article vous a plu, peut-être que ceux du blog de randonnée vous intéresseront !