Aujourd’hui, je me réveille au son des cloches des vaches. Le ciel est toujours bleu, promesse d’une journée de marche agréable. L’étape du jour est courte : il me suffit de passer le col d’Urine, frontière entre la France et l’Italie puis de redescendre jusqu’au village d’Abriès pour effectuer le premier ravitaillement depuis 4 jours.

Je pars sans précipitation vers 9 heures. Depuis le refuge, le chemin s’élève de suite en lacets raides à travers la forêt. Il se radoucit pour suivre le flanc de la vallée jusqu’aux abords d’un torrent. A partir de là, il faut monter pendant une grosse heure sur un sentier raide, schisteux et glissant en longeant le torrent jusqu’à sa source.

tour du queyras / marmotton
marmotton tour du queyras pain de sucre

Ensuite, la pente se radoucit. 30 minutes de marche en plus et l’on arrive au col. Il est assez encaissé. Peut-être qu’en montant sur un des sommets aux alentours, on pourrait avoir une vue plus lointaine. Cependant, je préfère prendre mon temps aujourd’hui et faire ma pause du midi au Col. Là, l’air chaud fait monter les nuages et permet aux vautours de prendre de l’altitude au-dessus de moi.

panorama depuis le pain de sucre
tour du queyras / vue sommet pain de sucre

Du col d’Urine, le chemin redescend doucement à travers les alpages. Comme tous les jours, les marmottes sont partout ! On rentre ensuite dans la forêt pour une longue descente d’une dizaine de kilomètres, jusqu’à Abriès.

La descente est très facile et le sentier bien tracé mais elle est très longue. Du col, on descend vraiment tous les étages de la moyenne montagne de cette région. Rocailles, alpages, lisière de bois, forêts de pin, prés herbeux et fond de la vallée.

Je profite du fait que l’étape soit courte pour flâner et profiter de ces moments en pleine nature. J’arrive au village peu après 16 heures pour me ravitailler à l’épicerie du coin.

Après un moment de repos en terrasse, je monte vers une chapelle qui surplombe le village afin de trouver un endroit pour passer la nuit. Il est 18 heures et, comme tous les jours, le vent souffle très fort. Je cherche donc un endroit abrité. Cependant, dès que le soleil se couche, le vent cesse.

Je trouve un replat dans un champ à proximité du GR. Ce soir-là, il fait plus chaud que les autres jours (il faut dire que je suis plus bas !). La soirée est douce et agréable. En contrebas, le village d’Abriès commence à s’illuminer au fur et à mesure que la nuit tombe.

perdrix des neiges pain de sucre
Informations complémentaires

 

  • Dénivelé positif : 980 mètres
  • Dénivelé négatif : 1050 mètres
  • Distance : 15 kilomètres
  • Temps de marche : 7 heures

> Tour du Queyras | Récit complet